Hypor Economic Pathway

Publié le 7 Avril 2021

Nouvelle perspective sur la performance économique du porc

La durabilité économique du secteur porcin s’articule autour de deux facteurs. Le premier est la prospérité du secteur au fil du temps ; le second est la manière dont le secteur porcin parvient à opérer de manière durable, protégeant efficacement les enjeux sociaux et environnementaux. La durabilité ne prend pas seulement en compte la performance économique actuelle : elle concerne également la performance économique dans la réalité de demain. Aujourd’hui, notre secteur doit utiliser plus efficacement les ressources disponibles, trouver de nouveaux moyens d’utiliser les ressources encore sous-exploitées, et intégrer de nouvelles ressources aux processus de production porcine.

La durabilité économique de la production porcine repose sur trois piliers interconnectés : le pilier environnemental, le pilier social et le pilier économique. Les émissions de gaz à effet de serre et l’utilisation des terres sont des thèmes appartenant au pilier environnemental, tandis que la santé et le bien-être des animaux sont des thèmes du pilier social. Dans le scénario idéal, les initiatives de développement durable devraient couvrir tout un ensemble de thèmes afin de contribuer aux trois piliers de la durabilité. Une innovation développée pour améliorer l’un des trois piliers pourraient avoir des conséquences néfastes et imprévues sur les deux autres, aboutissant à une baisse de performance globale en termes de durabilité. Il faut donc tenir compte des trois piliers de la durabilité pour développer des solutions porcines économiquement viables, écologiquement saines, et socialement acceptables. Hendrix Genetics souhaite ouvrir la voie à une industrie porcine économiquement durable. Alors que notre marque Hypor nous a permis de nous imposer comme leaders mondiaux du secteur porcin, nous voulons aujourd’hui redéfinir les standards d’une sélection porcine durable.

Dans cet article, nous nous intéressons à la durabilité économique du secteur porcin, dont les principaux indicateurs sont les revenus, les coûts et la rentabilité. Nous couvrirons ces indicateurs en axant la réflexion sur :

  1. l’optimisation de l’efficacité,
  2. l’amélioration de la productivité, et
  3. la prévention du gaspillage.

Optimisation de l’efficacité

Les progrès génétiques ont pour principal objectif d’améliorer l’efficacité, étape par étape, pour engendrer des retours économiques pour la chaîne de production porcine. L’efficacité avec laquelle les truies, les porcelets et les porcs charcutiers produisent la viande est au cœur du programme de sélection Hypor. Pour commencer, nous améliorons constamment l’efficacité nourricière de la truie, aspect souvent négligé en dépit des différences génétiques que l’on peut observer entre diverses lignées maternelles.

Après l’efficacité nourricière de la truie, l’efficacité de travail est un autre facteur clé. La main d’œuvre agricole est de plus en plus difficile à trouver. Par conséquent, la disposition calme, la docilité, la capacité de sevrage et la durée de vie reproductrice de la truie sont des aspects qui exercent tous une influence importante sur la charge de travail. Pourquoi gaspiller les ressources en main d’œuvre sur des tâches qu’une truie autonome peut faire elle-même ?

Notre norme durable pour le nombre de tétines fonctionnelles : 4 x 4 = 16

Le nombre de tétines et leur position sont tous deux importants. Nous travaillons pour obtenir 16 tétines au total : 4 au-dessus du nombril et 4 au-dessous. L’objectif ultime étant d’avoir un nombre de tétines fonctionnelles équivalent au nombre total de porcelets nés pour éviter le recours aux truies nourricières.

L’autre aspect qui permet d’optimiser l'efficience de la truie est d’assurer que l’animal possède toutes les bonnes caractéristiques, telles qu’un nombre de tétines suffisant : dans nos élevages reproducteurs, nous approchons maintenant d’une moyenne de 16 tétines. Ce nombre est important puisqu’il permet de réduire la concurrence pour les tétines entre les porcelets, en fournissant une tétine fonctionnelle à chaque porcelet et en évitant le recours à des truies nourricières. Les truies doivent aussi produire du colostrum et du lait de qualité pour leurs petits.

Farrowing form Gratal 2012.PNG

Amélioration de la productivité

La productivité correspond au rapport entre le résultat dégagé par le processus de production et la contribution des facteurs de production. Le résultat ne se mesure pas simplement en chiffres : la qualité est tout aussi importante. Et elle est important dès le début. Par conséquent, nous utilisons le poids de naissance des porcelets comme critère de sélection pour tous nos produits. Aujourd’hui, nos porcelets commerciaux pèsent en moyenne 1,5 kg à la naissance, poids assurant une meilleure survivabilité, une croissance supérieure, plus de porcs charcutiers entiers, et donc plus de bénéfices pour le producteur. Outre le poids de naissance, notre processus de sélection favorise les portées présentant les variations de poids les plus faibles entre les porcelets. L’uniformité est un atout important sur toute la phase de la naissance à l’engraissement, avec plus de rotations par an et plus de porcs répondant à toutes les exigences du marché.

Notre norme pour un poids de naissance durable : 1,5 kg.

Le poids de naissance du porcelet influence sa performance sur toute sa durée de vie : les porcelets plus lourds ont plus de chances de survie et sont commercialisables plus vite. Nous nous efforçons de ne produire aucun porcelet de moins de 1 kg à la naissance.

Prévention du gaspillage

La source la plus évidente de gain économique est sans doute la prévention du gaspillage. Pour en revenir à la truie, nous voulons éviter que de bonnes truies soient utilisées pour allaiter des porcelets qu'elles n'ont pas mis bas elles-mêmes. Il s'agit clairement d'un coût caché qui a un impact énorme sur la durabilité économique globale d'un producteur de porcs individuel et du secteur dans son ensemble. La prévention de la naissance de porcelets de faible poids par la sélection génétique permet de réduire le gaspillage d'aliments, de main-d'œuvre et d'antibiotiques, car la recherche a montré que les petits porcelets sont beaucoup moins efficaces avec ces ressources. Dans ce domaine, nous avons un net avantage sur la concurrence. Les taux de survie au cours des phases de pré-sevrage, de nurserie et d'engraissement sont étroitement liés au poids de naissance. La perte d’animaux au cours du processus est un gaspillage que nous souhaitons toujours éviter, et selon le moment auquel la mort se produit, elle n’a pas les mêmes conséquences économiques. Par conséquent, nous avons établi une norme de 95 % pour les porcs charcutiers entiers au terme de l’engraissement.

Norme : 95 % de porcs charcutiers entiers

Tout porc qui survit et répond aux critères du marché et/ou de l’abattoir au poids cible spécifié (selon la région). Cela signifie que 95 % des porcs placés en nurserie doivent atteindre l’étape de la commercialisation, sachant que nous visons des taux de mortalité de 2 % en nurserie et de 3 % pendant l’engraissement.

Enfin, après toute l’énergie et les ressources investies dans l’élevage des porcs, il nous faut considérer le produit fini. Le retour économique d’une carcasse peut être affecté par le rendement, les pertes dues à l’exsudat, l’épaisseur du muscle, l’épaisseur du lard, et la quantité et la qualité de la viande, selon la région. Un plus grand nombre de carcasses répondant aux critères du marché ou de l’abattoir signifie plus de valeur économique. Notre objectif est que 98 % des porcs charcutiers prêts à être commercialisés répondent aux critères spécifiés. Ces critères varient d’un pays à l’autre, mais nos lignées paternelles sont bien équipées pour satisfaire différents marchés, les caractéristiques des carcasses répondant bien aux diverses exigences en vigueur.

Norme : 98 % répondant aux critères.

Notre objectif est que 98 % des porcs charcutiers entiers prêts à être commercialisés répondent aux critères du marché. Selon le marché, ces critères peuvent cibler le poids vivant ou le poids de la carcasse, l’épaisseur du muscle ou du lard, le rendement en viande, ou le rendement primaire.

La durabilité économique est importante pour le succès continu du secteur porcin et fournit une base solide pour l'augmentation des investissements dans d'autres voies vitales de durabilité sociale et environnementale. Établir les nouveaux standard d’une sélection porcine durable est notre contribution à une sélection plus performante aujourd'hui, pour une vie meilleure demain.

Articles associés

, by
La truie HYPOR Libra Star : durable et robuste

La transition d’une sélection équilibrée vers une sélection durable a déjà commencé. C’est le principe qui sous-tend tout notre programme de sélection porcine, mais ses avantages se retrouvent aussi …

, by
L'éleveur serbe Porcus Vitalis commence la distribution de génétique porcine Hypor

L'éleveur porcin serbe Porcus Vitalis a signé un contrat de distribution à long germe avec Hendrix Genetics, une entreprise internationale spécialisée dans l'élevage de multiples espèces, p…

, by
De la sélection équilibrée à la sélection durable

La sélection équilibrée vise à équilibrer l’évolution de nombreux caractères afin de maximiser la profitabilité de l’ensemble de la filière porcine. Ces caractères peuvent être rangés dans les catégo…