genetics

Publié le 18 Juillet 2019

Les gènes aident les scientifiques à devenir sélectifs

Étant donné qu’aucun d’entre nous ne pourrait vivre sans, les gènes sont d’une importance primordiale. La technologie continue de progresser à vitesse grand V et les scientifiques apprennent davantage sur les gènes et la façon de mettre leur pouvoir au service de la sélection. L’idée fait germer plusieurs questions mais la plus importante est peut-être la suivante : Qu’entend-on vraiment par reproduction sélective ?

Lorsqu’il s’agit de mener la danse dans le monde animal ou humain, ce sont les gènes qui portent la culotte. Ces petits morceaux d’ADN, qui déterminent comment nous sommes au niveau de la cellule, ont la tâche gigantesque d’orienter l’évolution de milliards de cellules pour créer les protéines qui nous maintiendront en vie.

Les gènes sont héréditaires, dites-le autour de vous

Nos gènes sont l’héritage que nous tenons directement de nos parents. Bien que la plupart des gènes soient identiques d’une personne à l’autre, moins d’un pour cent d’entre eux présentent de légères différences et ce sont ces différences qui donnent à chaque personne, animal ou plante ses caractéristiques physiques uniques.

Changer ces caractéristiques dans les animaux et les plantes relève de la reproduction sélective. Il s’agit d’une forme de modification génétique qui n’ajoute aucun matériau génétique (ADN) étranger à l’organisme mais qui procède à une sélection délibérée afin de retenir les caractères souhaitables.

Dans l’industrie porcine, que ce soit pour augmenter l’efficacité alimentaire des porcs ou les rendre plus résistants aux maladies, la génétique aide les entreprises de sélection à perfectionner certains caractères importants à la fois pour les producteurs et pour les consommateurs.

Il n’est pas surprenant que la reproduction sélective repose entièrement sur la sélection car il est essentiel de retenir l’animal qui sera le mieux capable de créer la prochaine génération autour du trait de caractère ciblé. Ce choix est généralement fait d’une des quatre façons suivantes, ou une combinaison de ces façons : évaluation visuelle, test de production, test de progéniture et sélection assistée par marqueur (collecte et analyse d’échantillons d’ADN pour un marqueur spécifique ayant un effet mesurable sur le caractère).

La connaissance a besoin de données

Chez Hypor, l’information est collectée sur plusieurs sites et dans plusieurs systèmes sur un vaste éventail de caractères tels que le poids de naissance, le poids à 14 jours, le poids de test, la consommation alimentaire et l’épaisseur de lard dorsal et de muscle. Les données sont introduites dans une base de données de la sélection qui procède à une évaluation génétique et calcule les valeurs génétiques pour chaque porc et chaque caractère. Ces valeurs sont combinées pour générer un indice de sélection qui identifie quels porcs excellent dans tel ou tel caractères (essentiellement une fiche informative pour chaque animal) et les informations sont communiquées au producteur pour l’aider dans son processus de sélection.

En ce qui concerne les caractères à cibler, cela dépend de l’accent mis sur une lignée génétique / de sélection. Pour les lignés maternelles, la prolificité est prioritaire, ce qui donne une importance primordiale aux caractères de reproduction, de portée (nombre de porcelets nés vivants) et de capacité maternelle. Pour les lignées mâles, l’accent est mis sur des caractères tels que le taux de croissance, l’efficacité alimentaire et la teneur en graisse. Les sélectionneurs doivent éviter d’inclure trop de caractères dans une même lignée de sélection pour éviter l’influence négative de certains caractères sur d’autres. Sélectionner trop de caractères en même temps ralentirait les progrès de chaque caractère.

Mais malgré les distinctions faites entre les lignées de sélection, il existe quelques exceptions. Dans le passé, les généticiens sélectionnaient des lignées femelles uniquement pour leurs caractères reproductifs et les lignées mâles pour leurs caractères de croissance. Les femelles ont cependant également besoin de se développer plus vite et avec un taux de gras inférieur. Il convient en outre de ne pas oublier qu’un porc commercial (croisé) reçoit 50 % de ses gènes de la mère et qu’un certain chevauchement dans les caractères de sélection est nécessaire pour créer le porc commercial optimal.

piglet tag

Mondialisation

L’agriculture est de nos jours mondialisée et des entreprises comme Hypor intègrent cette donnée dans leur processus de sélection. Si toutes les informations génétiques sont collectées dans un troupeau très sain à Saskatchewan au Canada, par exemple, cela n’offre nullement la garantie que cette performance sera reproduite si les porcs sont expédiés en Colombie et exposés aux contraintes de différentes températures et maladies. Ce phénomène est connu sous le nom d’interaction génotype-par-environnement, où les génotypes répondent aux variations environnementales de façons différentes.

Pour permettre ces variations, Hypor adopte une approche mondiale, testant les mêmes génétiques dans plusieurs environnements et incorporant les données de plusieurs sites pour déterminer les meilleurs candidats à la sélection.

Comme tout domaine de la génétique, la reproduction sélective continue d’évoluer. Un nombre croissant d’entreprises expérimentent de nos jours l’intelligence artificielle ou l’apprentissage des machines pour aider à la collecte et à l’analyse de données. Le succès de la reproduction sélective repose sur la qualité des données et plus il y en a mieux c’est. Les informations affluent sans cesse des quatre coins du monde dans la base de données génétiques de Hypor.

En même temps, il peut être difficile de mesurer les données environnementales telles que la température dans la porcherie ou la qualité de l’air. Avec l’émergence des nouvelles technologies sous la forme de capteurs et autres équipements de pointe, il est possible de collecter davantage de détails environnementaux, ce qui devrait permettre de distinguer plus facilement les différences de caractères liés à la génétique de celles liées à l’environnement. En combinant cela à l’intelligence artificielle, les entreprises sont en bonne voie pour améliorer la précision des prédictions génétiques et les avantages qu’il en résulte pour le secteur.

Pour répondre aux besoins du producteur, la sélection génétique doit être à l’écoute des pratiques les plus récentes. Le coût de l'aliment ne cessant d’augmenter, les entreprises ciblent la consommation et la conversion alimentaire comme des caractères prioritaires garants du progrès. Les porcs peuvent-ils se satisfaire d’ingrédients alimentaires de deuxième qualité, moins chers ou alternatifs (pour laisser plus de nourriture aux humains) et continuer toutefois de réaliser les performances requises ?

Vu les conséquences financières des maladies pour les producteurs sous la forme de médicaments, de main-d'œuvre, de perte de performances et de mortalité, la résistance aux maladies est un autre caractère que l’industrie porcine s’efforce d’améliorer. Les animaux étant gardés dans des centres de sélection ou les critères de santé sont très sévères, il peut être difficile de faire des progrès en matière de résistance aux maladies car il est difficile de sélectionner quelque chose que l’on ne peut pas mesurer. C’est pour cette raison qu’une nouvelle recherche est en cours qui se penche sur la capacité génétique des porcs à répondre aux défis sanitaires en milieu naturel.

Dire que « rien n’est impossible » est peut-être un cliché mais cela s’applique clairement à la génétique et à la reproduction sélective. Il est encourageant de penser aux améliorations des performances des animaux que l’on doit à la sélection mais il est encore plus fascinant d’imaginer où tout cela va nous conduire.

Articles connexes

, by
Une ferme de porc multi-tâches

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblerait la ferme porcine idéale ? Un groupe d'agriculteurs, de chercheurs, d'architectes et de spécialistes du comportement animal ont collaboré pou…

, by
Collaboration : la clé du nouveau pacte porcin

C’est le désir d’instaurer des coalitions qui fut à l’origine d’un récent accord passé entre Hendrix Genetics (Hypor) et la société allemande BHZP. Un contrat a été signé le jeudi 21 novembre 2019 po…

, by
La modification génétique écrit une nouvelle page pour le secteur porcin

Si vous trouvez que la castration est un sujet délicat, imaginez ce que cela doit être pour les porcs. Bien que les porcs soient systématiquement castrés pour éviter « l’odeur du verrat » et améliore…