Van de Weyer

Publié le 15 Mai 2018

Les exploitations familiales ne tarissent pas d’éloges sur Hypor

L’élevage porcin n’est pas facile mais lorsque les Vandeweyer décidèrent d’améliorer leurs résultats. La solution s’imposa d’elle-même : Hypor. Les éleveurs belges Ludo & Arlette Vandeweyer gèrent leur exploitation familiale depuis 1983, sur un grand site principal et deux installations en location. Bien que réalisant de bons résultats, ils décidèrent en 2008 de passer à la vitesse supérieure et Hypor les a aidés à atteindre leurs objectifs, qui incluaient plus d’innovation, un élevage plus moderne et des progrès plus rapides.

Un élevage plus grand et plus performant

Dans une branche où le progrès est souvent lent et délicat, l’impact du programme de sélection sur l’exploitation des Vandeweyer fut significatif. Non seulement les porcs devinrent plus longs et plus robustes avec une meilleure détection des chaleurs chez les truies, mais les porcs devinrent également plus faciles à gérer.

« L’arrivée de Hypor nous a permis de passer d’un système à la semaine à un système à quatre semaines, » a expliqué Ludo. « Cela nous a permis de mieux organiser notre travail et de le rendre plus rentable et, au lieu de faire tout le travail chaque semaine, nous inséminons désormais 70 truies toutes les quatre semaines. » C’est avec le BioHypor qu’ils ont commencé en 2016 à élever peurs propres cochettes, avec la truie GP Hypor Landrace sur place et l’achat de semence du GP Hypor Large White, améliorant ainsi la biosécurité de leur processus. 

Maximiser les chiffres

Ces derniers temps, tout tourne autour des chiffres, et Ludo est satisfait de la tournure que cela prend. « Depuis que nous avons commencé l’insémination avec le verrat Hypor Maxter, nous avons des porcs charcutiers très réguliers. Le fort taux de croissance signifie qu’après 5 mois et 10 jours, 50 pour cent de nos animaux sont prêts pour partir à l’abattoir, de sorte que nous pouvons les y conduire en deux lots au lieu de trois ou quatre. » Alors que la croissance lente obligeait dans le passé les Vandeweyers à garder les animaux dans la porcherie durant au moins sept mois, ils n’y restent désormais plus que six mois. Cela se traduit par une réduction de 700 places à louer chaque année et permet donc d’économiser 30 000 euros.

Hypor Cyclus_FR.jpg

Moins de stress, plus de bénéfices

Avec tout ce que Hypor a apporté à l’exploitation, Ludo est également satisfait de ce qui a été éliminé : le stress. Les verrats belges Piétrain étant sensibles au stress, ils ont souvent des problèmes liés au transport vers l’abattoir, ce qui se traduit par une perte pour l’éleveur. Hypor a répondu à ce problème en sélectionnant le Hypor Maxter produisant des porcs insensibles au stress, un argument commercial de poids pour les Vandeweyer. Car lorsque ses animaux ne sont pas stressés, l’éleveur ne l’est pas non plus.

À ceux qui envisagent de travailler avec Hypor, Ludo confirme que cela ne présente que des avantages. Il est entre autres heureux de constater une augmentation de 0,5 porcelet par portée avec le Hypor Maxter – quelque chose de normal pour cette lignée - et des capacités maternelles exceptionnelles qui garantissent les meilleurs soins pour tous les porcelets. Cela peut expliquer pourquoi les progénitures sont plus saines qu’auparavant et affichent de bons poids de naissance. 

Une affaire de famille

À la lumière des améliorations considérables dont ils ont été les témoins, il n'est pas surprenant de constater l’enthousiasme débordant des Vandeweyer. La confiance dans leurs lignées génétiques est critique au moment où ils envisagent de passer le flambeau à la génération suivante. « Notre fille Greet travaille avec nous sur l’exploitation et reprendra un jour l’affaire. Il est vital que le programme de sélection en place soit efficace, rentable et fiable afin de pouvoir lui offrir un avenir prospère. » En fin de compte, l’important est d’avoir l’esprit tranquille et, grâce à Hypor et son engagement en matière de rentabilité totale du système, cet objectif est à portée de main.